29 mai 2014

Quand Margaux dégrafait son corps sage

 

MDC_BX2014__5_

Dans une ambiance lascivo tannique, sous les sunlights de l' Eclipse, le Moulin Rouge bordelais, le repas des maîtres de chai vient de souffler sa 31ème bougie dans une atmosphère des plus délurées.

 

photo_002

 

Une nouvelle fois Château Margaux s'est affirmé dans sa version 2007 comme l'un des vins de l'après midi, sa robe limpide dégage de beaux reflets pourpres; dans un style très Brassens, le vin dévoile alors un corps sage d'une grande élégance, le tannin distingué se révèle persistant, il résonne comme un hymne à la féminité avec cette part masculine propre au cru.

 

MDC_BX2014__4_

 

 

Lorsque résonne le french cancan, on fait vraiment le grand écart avec les 2004, 

le tanin du Château Latour se durcit,

le Château Pichon Comtesse se pâme,

le Baron se fait plus caressant et Palmer offre sa suavité.

 

 

photo_001

Le quadrille des saint julien est parfait :

le Ducru Beaucaillou 2008 se montre crémeux et satiné,

le Léoville Poyferré 2003 généreux 

et le Léoville Barton 1998 d'un classicisme savoureux.

 

 

La revue continue avec le pas de deux des 2006 :

photo

le Château Grand Puy Lacoste affirme sa force tranquille et l'Yquem se montre rayonnant.

 

MDC_BX2014__8__001

Avant la polka des adieux, les leveurs de coude relèvent les jambes d'un Mouton Rothschild 2008 à la persistance froufroutante. 

 

Posté par Denis Hervier à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 mai 2014

Mon ami Pierrot !

SAM_2851

Ce qui n'était qu'une rumeur la semaine dernière est devenu officiel lors de ces dernières heures :

Pierre Jeanrot, le chef haut en saveurs du Relais Saint-Jacques à Déols (Indre 36), raccroche poêles et casseroles, début Juillet.

Septuagénaire alerte, Pierre Jeanrot est un chef avec de la trempe, une sensibilité à fleur de produit et un bon discernement comme je les aime, il sait où le Chinon prend sa source et où le lièvre se couche. Ami de pinot d'Henri Jayer, copain de Saint-Cochon de Didier et de Louis Benjamin Dagueneau, abonné du Clos Rougeard, se régalant des vins de Stephan Derenoncourt, Maître Pierre tisse des liens étroits avec les vignerons et se déplace volontiers de cave en chais avec des terrines dont les odeurs profondes et voluptueuses tortillent les narines et s'engouffrent dans l'estomac. Il parle du vin de façon imagée sans employer ces termes ampoulés propres à certains dégustateurs de salon.

Mi Tonton happeur et mi poète, il a le sens de la formule et il mâche les mots comme il roule le vin en bouche: voici d'ailleurs un petit glossaire pour le mieux buvant culturel d'après ses expressions préférées :

 

Se dégommer les segments : se mettre en bouche.

Se rincer la tubulure : boire de façon voluptueuse.

S'embourber : s'enliser et se perdre dans des tanins massifs.

C'est défoncé : vin trop oxydatif du type vin trop naturel.

On ne joue pas avec les mêmes baguettes : attention on change de qualité.

Cela barjute : vin au tanin pulpeux et juteux avec un fruité rayonnant.

  

Sa carte des vins regorge de bonnes affaires,

 

Un Clos de la Roche 1992, d'Hubert Lignier à 65 euros,

des Charmes Chambertin de Bernard Dugat et du domaine Maume à 80 euros

photo

sans oublier le Trotanoy 1994 à 80 euros.

 

Le meilleur de la Loire avec une belle collection de Clos Rougeard est également de la fête.

 

Parmi les plats emblématiques il y a en ce moment de savoureux ris de chevreau et un foie gras poêlé à se damner.

 

photo_2

Les asperges fricotent avec un oeuf mollet, un zeste de jambon ibérique, de belle lamelles de parmesan et une touche de vinaigre balsamique.

 

SAM_2838

Parmi les saveurs hivernales je garde au plus profond de ma mémoire gustative des accents de brouillade aux truffes.

C'est la meilleure que j'ai pu déguster depuis vingt ans que je trufficote dans tout l'hexagone. Sa palette aromatique et sa texture se révèlent remarquables: elles combinent le moelleux, la suavité et la concentration avec le croquant du diamant noir. Elle allie à la fois le goût apaisé de l'œuf et la sensualité de la truffe noire. On fait jouer juste à côté deux mouillettes de pain de campagne beurrées et truffées à souhait. C'est le type de met qui en se refroidissant roucoule encore en fin de bouche.

 

Pour toutes ces raisons j'incite tous les inconditionnels des lieux et les autres à se dépêcher de croiser la fourchette avant la fin juin car l'artiste s'apprête à tirer sa révérence; mon petit doigt me dit que les dernières semaines risquent d'être très animées ...

 

 

RSJ - Relais st jacques

Autoroute A20 Sortie 12 Direction Aéroport 36130 Châteauroux - Déols

Tél : 02 54 60 44 44
Fax : 02 54 60 44 00

 

http://www.relais-st-jacques.com

 

Posté par Denis Hervier à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 avril 2014

Trophée de l'entreprise familiale de l'Ouest ! Votez pour la famille Jallerat

 

P1030405

 

Contre la déprime politico-économico-médiatique, je conseille de faire escale chez les Jallerat au Grand Monarque, si vous êtes des inconditionnels comme moi, il est possible jusqu'au 5 Mai de voter pour eux car le trophée de l'entreprise familiale du grand ouest est à leur portée. Ce sera une nouvelle occasion de lever notre verre, comme on le fait si bien lors de la Paulée des des vins de Loire à Chartres, chez les Jallerat, Hoé, Hoé, serviette dans la main gauche et nappe sur la tête ...



 Image 

 

Les Chênes, trophées de l'entreprise familiale, récompensent les entreprises qui transmettent leur savoir faire d'une génération à une autre. Parce que depuis 45 ans, deux générations se sont succédées au Grand Monarque, et que c’est sans compter sur nos cinq enfants, qui n’ont pas encore dit leur dernier mot, tant il y a à parier que cet amour de la gastronomie et de la convivialité coule dans leurs veines, votez pour Le Grand Monarque en cliquant ci-dessous.

 

 

 

http://grandouest.tropheesdeschenes.fr/candidats/le-grand-monarque/

 

 

 

 

 

P1030440

 

C'est la meilleure manifestation bachique du monde et toutes les têtes couronnées du fleuve royal comme les profanes du tanin s'y retrouvent.

 

 

P1030417

 

Merci Geneviève, Georges, Bertrand, Olivier,

 

P1030453  SAM_0037

 

 

 

 

BEST WESTERN LE GRAND MONARQUE -

22 place des épars - 28000 Chartres -

Tel. : +33 (0)2 37 18 15 15 - Fax : +33 (0)2 37 36 34 18 -

info@bw-grand-monarque.com


http://www.bw-grand-monarque.com

 

 

 

 

 

Posté par Denis Hervier à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mars 2014

Avize à la population !

 

SAM_0088

Avec l'élaboration de ses cuvées parcellaires Anselme Sellosse tutoie les meilleures bulles étoilées et il les surpasse en naturel de constitution. Ce vigneron de la biodiversité produit des crus galactiques que tout amateur se doit au moins d'avoir bu une fois dans sa vie et il transmet cette philosophie du goût à son fils Guillaume et à l'équipe de son retaurant"Les Avizés" qui constitue un modèle de style : Délicieusement apéritives, "Les Carelles" sont issues d'un coteau crayeux de Mesnil sur Oger qui confèrent au chardonnay de la distinction mais également de l'assise, avec une aromatique de tilleul, de noisette avec des touches crayeuses irrésistibles.

Sur Mareuil triomphe le pinot noir avec la cuvée "Sous le Mont" : non dosé, ce cru offre un nez très pur de noyau et de cerise Montmorency avec une touche minérale. La bouche puissante et énergique se révèle d'une rare vibration.

 

SAM_0102

Avec un tel vin, le chef du restaurant "les Avizés" Stéphane Rossillon  prépare un civet de sanglier et sa polenta aux trompettes de la mort escorté d'un coings confit au safran.

 

SAM_0099

 

Vin et gibier se répondent et engagnet un cor à corps harmonieux. Bien dans sa carafe, "Le Bout du Clos" issu des terroirs d'Ambonnay est un assemblage de 80% de pinot noir et de 20% de chardonnay. On en apprécie la texture soyeuse, avec une subtilité crayeuse portée par une tension remarquable, et une aromatique déclinant toutes les variétés de cerise. On a l'impression d' avoir les tanins de la peau du raisin. Plus le vin évolue en température plus il gagne en complexité. Il se dégage de cette maison une atmosphère de bulles bien vécues, unique dans le vignoble champenois.

 

 

SAM_0162

 

 

 

Hôtel Restaurant Les Avizés
59, rue de Cramant
51190 Avize

Tél (33) 326 577 006 - Fax(33) 326 577 007
Email : hotel@selosse-lesavises.com

http://www.selosse-lesavises.com


Fermeture de l'hôtel la nuit du mardi au mercredi
Fermeture du restaurant le mardi et le mercredi

 


L'hôtel est situé à Avize à Quelques minutes d'Epernay.
Latitude 48.971971, Longitude 4.0042023

 

Posté par Denis Hervier à 22:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2014

Bernard Janoueix, grand trufficoteur de Pomerol !

Libourne2

 

Il est quatorze heures, le port de Condat  résonne des accents d'après midi douillet.

A hauteur de ce port historique de Libourne, des parfums de truffe noire du Périgord commencent à me chatouiller les narines.

 

Re_cemment_mis_a__jour

Il n'y a pas à se tromper, nous arrivons chez Bernard Janoueix. Ce dernier est un fou du diamant noir et il est allé spécialement aux marchés de Saint-Alvère et de Sorges.

La pièce embaume la melanosporum, cela fait plaisir car en février la saison truffière bat son plein. Solide gaillard, Bernard Janoueix veille au grain, et il se tient au courant de la qualité de tous les marchés dans un rayon de 150 kms. Sa voix de stantor et sa poignée de main franche mettent tout de suite en confiance, en cuisine Catherine son épouse "Master of diamant noir" met la main à la truffe assisté de son fils François dont la faconde communicative n'a pas d'égale.

 

Desktop

A peine arrivé dans la salle à manger, j'ai droit à un toast de foie gras coiffé d'une lamelle de diamant noir et l'on me tend un verre de château Romer 2001, un Sauternes bien enrobant, puis nous comparons les truffes de Sorges, du Lardin et de Saint-Alvère. Ces dernières ont une maturité plus juste. Avouez qu'il y a pire comme accueil. 

Quelques tartines de truffe plus tard, on se glisse à table pour célébrer les vertus de lotte cloutée de diamant noir, plat superbe pour ses textures, et sa complémentarité de saveurs. La purée truffée qui escorte la pièce de magret est largement truffée et elle entre en composition avec un Lafleur Saint-Jean 1998, Pomerol de noble origine qui se révèle lui aussi délicieusement truffé. Sortent alors de leur carafe un Lafleur Saint-Jean 2005, parfaitement abouti, et un  Lafleur Saint-Jean 2009 riche et floral qui chantonnent leur origine pomerolaise.

 

SAM_0139

Lorsque le Brie truffé arrive, tout le monde applaudit et ces deux crus soulèvent le diamant noir.

Chaque millésime est salué d'un claquement de langue, Le Château de Condat dans sa version 2009 et 2006 montrent la pertinence des Saint-Emilion Grand Cru ! chacun a la sensation d'un plaisir s'ouvrant à l'infini.

 

 

 

Etablissements FRANCOIS JANOUEIX
20, Quai du Priourat
33500 Libourne - France
Tel: +33 5.57.55.55.44
Fax: +33 5.57.51.83.70

vins@janoueixfrancois.com

http://www.janoueixfrancois.com/

Posté par Denis Hervier à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]



20 janvier 2014

La truffe en majesté à la Villa Baulieu

 

P1050672

 

Les vins de Villa Baulieu sont à la truffe ce que les violettes sont au printemps, elles lui ouvrent la porte, disant à chacun qu’il est là. Cela évoque un monde sûr de ses racines, élégant, frivole et cultivé. Villa Baulieu est un site privilégié pour la truffe et le vin. Ces deux productions assurent la notoriété de ce domaine.

 

Desktop5

Bérengère Guénant en est la bonne muse. Cette brune au regard de velours organise des weekends truffes et vins avec la complicité du chef Eric Sapet étoilé trufficoteur de Cucuron.

En avant première nous avons eu la chance de pouvoir tester lors de ces dernières heures : Tartines, croque monsieur, ou Saint-Jacques au diamant noir reçoivent en apéritf les hommages d'une cuvée Bérangère 2012, blanc en tension subtile qui donne de l'élan à ces amuses truffe.

 

P1070339

 

P1070334

A la façon VGE, la soupe où cohabitent gibier, fois gras et truffe a besoin du blanc Villa Baulieu 2011 qui a pris de l'assurance pour donner la réplique à ce met présidentiel.

 

P1070338

La pièce de veau de lait rôti est servie fondante avec gnocchis au diamant noir et de belles lamelles de truffe qui constituent des hosties savoureuses. On pratique volontiers le péché de gourmandise avec la cuvée Bérangère 2009 qui fait tanin de velours. Les 2011 et 2012 s'annoncent en Villa Baulieu prometteurs pour ce type d'exercice d'ici cinq à six ans. Anoblissant le brillat savarin, la melanosporum joue allègrement avec la tension de grand style du Villa Baulieu 2012, un blanc qui s'annonce de belle étoffe.

 

P1070344

Encore en élevage, Villa Baulieu 2012 est un rouge qui dédicace ses plus beaux tanins à une quenelle à la vanille et son croquant au chocolat.

 

 

P1050707

Dans cette villa à l'italienne, l'hiver ne dort que d'un oeil, gardant l'autre entrouvert pour veiller au rapprochement de la truffe et des vins haute couture produits depuis 2011 avec les conseils avisés de Stephan Derenoncourt un trufficoteur tombé amoureux de ce terroir qui s'affirme comme l'un des plus originaux de Provence.

 

 

 Villa Baulieu

 Chemin départemental 14 C

13840 Rognes

www.villabaulieu.com

 

 

GPS : 43.6567227 - 5.34162549

 

 

 

 

 

Posté par Denis Hervier à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2014

"Les hospitaliers du lavoir !"

 

SAM_0004

 

Une étrange lumière baignait la salle du chapitre des hospitaliers du lavoir un lieu discret, peu connu du grand public qui ressemble comme deux gouttes de chardonnay au  Clos de la Féguine, climat beaunois appartenant en 1998 au sieur Prieur.... et qui est aujourd'hui propriété de la famille Labruyère.

 

P1050074

Ce soir là,  Le Prieur du chapitre, l’abbé Touzet, avait réuni la congrégation des petits frères et sœurs de Notre–Dame de bois-sans-soif, pour un chapitre spécial,

 

P1050126

en présence  de Sa Grandeur, le Pape François, Pape des poêlons.

 

Je laisse sur le champ la parole à l'abbé Touzet qui va vous narrer ce conte de la Saint-Sylvestre qui permet de tenir une partie de Janvier 2014.

 

"En ce 31 décembre 2013, une étrange lueur baignait la salle des agapes, plongeant les adeptes réunis dans une ambiance, mi-jour, mi-nuit qui soulignait, en les renforçant, les traits déjà  avinés des visages de la docte assemblée.

P1050071

Pour en arriver là, chacune et chacun avaient dû affronter, le soir venu, depuis les Marins, les rigueurs de l’hiver et  traverser les périlleux  quartiers de la vieille prison et de la rue de l’Indre. Ils avaient dû aussi franchir la terrible Font Charles dont les abysses recèlent moultes et moultes témoignages d’un passé révolu, pour arriver finalement dans le no-man's land interlope du «Gay aux chevaux », là où se dresse, au sein du clos de la Féguine, Le Noble et fier château de Beaucastel, siège de la congrégation.

Alors même que la chaleur des cœurs et des corps incitait les adeptes à dégrafer les lourdes pelisses qui les avaient protégés pendant leur voyage et leur avaient garanti l’anonymat, au moment même où des propos feutrés mais bien sentis, commençaient à se faire entendre, soudain, un cri rauque et bestial résonna dans la salle du chapitre... « Meurt-Sault ! » entendit-on. Un tumulte de verres brisés s’en suivit. Des corps perdus s’entrechoquèrent et de lourds chaudrons volèrent dans la pénombre. Une servante avisée eut juste le temps et la présence d’esprit de sauver du massacre un homard à la tête de veau, sauce « Mon Bernard » et une poularde dodue flanquée de son ris de veau, l’un et l’autre mijotés par Sa Grandeur, le frère François. Dans l’affolement général, chacun ne pensait qu’à une chose : sauver sa peau et  ses flacons… des Vosne Romanée 1996, des Corton-Charlemagne 2005 ou encore des Champagne Drappier 1976

En un clin d’œil, la salle du grand chapitre se vida. Beaucoup fuirent vers des havres de paix et de réconfort alentour : le château La Cabanne, ou le château du Bon Pasteur ou encore  dans le château Beauregard, propriété du Baron de Gosset-Brabant.

Mais les moins téméraires, et les plus chanceux aussi,  prirent refuge au château l’Eglise - Clinet, tout proche, où le châtelain Penet-Chardonnet les accueillit avec douceur et compassion, en leur offrant son meilleur champagne grand cru rosé, 70% pinot-noir et 30% Chardonnay.

 

Ainsi se termina  cette incroyable soirée …

une enquête est en cours !

Assurément des mesures seront prises pour que l’an prochain pareille aventure ne se renouvelle pas. Il se dit en effet que la congrégation s’apprêterait à accueillir le très Sérénissime "Mon Bernard", grand chancelier de l’ordre du Homard à la nage."

 

Et comme on dit dans la campagne environnante : «  vive l’empereur ! ».

Jean-François Touzet

Posté par Denis Hervier à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 décembre 2013

Philippe Etchebest, l'un des hommes de l'année.

 

Malgré tous ses lauriers gastronomiques et médiatiques, Philippe Etchebest sait garder humilité et sens du vin : sa mise en saveurs du repas de la Jurade de Saint-Emilion en Juin 2013 a donné un sens aux vins de cette cité en même temps qu'une essence pour les rapports mets/vins, dans un registre mariage pour tous s'adressant aussi bien à l'initié qu'au profane. Restons dans le secteur avec un 1998, Château Canon parfait ! Bu lors de l'atelier Truffe du Grand Tasting, ce premier de la classe B de Saint-Emilion possède une énergie soyeuse et enveloppante dans le tanin exceptionnelle. 

 

AN_01902__2_

 

Restons dans cet atelier pour célébrer l'une des femmes de l'année, Caroline Frey toute hermitagée par le Chevalier de Sterimberg 2010 à travers lequel, elle infléchit le style de ce grand vin du Rhône avec une tension stylée. Il convient également de la féliciter pour avoir dans son Château La Lagune fêter Noël en novembre autour des meilleurs produits aquitains, bien mis en saveurs par Chris Galvin, chef étoilé londonien.

Suite de ce palmarès dans les prochains jours, en Bourgogne, Champagne, Val de Loire et Provence.

 

 

***** Bonne Année 2014 ! *****

 

 

 

Posté par Denis Hervier à 15:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 décembre 2013

Votez pour Patrick Henriroux comme homme de l'année !

P1000905

En cette période d'homme de l'année, je suis sollicité de partout pour voter, m'exprimer sur tout, or parmi les candidats que l'on me propose, il en est un qui le mérite : il s'agit de Patrick Henriroux, le chef orchestre de la Pyramide à Vienne qui postule pour le titre de personnalité de l'année du Dauphiné dans le département de l'Isère :

pour cela il faut envoyer un mail à : LDLcentrebou@ledauphine.com avant le 28 Décembre... 

En effet rien ne vaut les PH de La Pyramide à Vienne. Patrick Henriroux y a imposé une formule avec de beaux espaces où le chiffre 3 se décline à volonté.

P1000916

Le PH3 propose une cuisine ouverte 7 jours sur 7 dans tous les sens, y compris dans celui du rapport qualité/prix;  le prix des plats proposés oscille entre 9 et 20 euros !!!

P1000917

Trois champagne, trois plats, trois desserts,

avec des changements quotidiens donnent du mouvement à l'endroit qui accueille tous les forts en vin de la région. Dans cet espace qu'aurait adoré Fernand Point, une atmosphère vous est alors livrée dans son ergonomie, sa bonne humeur et son sens du partage. Ces valeurs constituent des bases solides pour cette Pyramide bien dans son savoir vivre. Patrick Henriroux a trouvé avec cette formule un équilibre qui colle parfaitement à son environnement.

P1000927

Dans le même temps, il a réduit les places de son restaurant gastronomique, où suivant les instants de la journée les tonalités de la salle varient. Les plats striés de traits colorés, nappés de lignes et de textures ont toujours le sens de la juste mesure. Ils ont l'allant et la bonne humeur d'un PH à la hauteur de sa nouvelle formule.

P1000938

L'oeuf poché sur un crumble de parmesan flirte avec piquillos, cecina de Leon et salade de truffes d'été, les saveurs convergent et la tradition rejoint le temps présent. Le saint pierre à la pulpe de fèves et son rameau de passe pierre ont un sacré relief, la touche finale de caviar apporte son onction iodée. Très classique le jus mousseux aux écrevisses accueille avec empressement sot l'y laisse de volaille et macaire en boule au jus d'estragon; savoir faire également au petit point pour la selle d'agneau en croûte de pain et basilic, escorté de quinoa vert, pois chiche, citron confit et jus en infusion d'anis vert. Les fraises cuites et crues au poivre de Cubebe sont rafraîchies d'un bouchon au Limoncello et d'un mascarpone vanille bourbon. Que du bonheur!

P1000942

P1000903

P1000949

 

La Pyramide
14, boulevard Fernand Point
38200 Vienne, France 

Tél : +334 74 53 01 96
Fax : +334 74 85 69 73 

pyramide@relaischateaux.com  

 

Posté par Denis Hervier à 09:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 décembre 2013

La Drink Team du tanin à Carte sur Table

 

P1070162

«Dans ma famille, on sait faire le vin, on sait le vendre et on sait surtout le boire. Les grands Bordeaux doivent retrouver leur capital séduction sur les belles tables de Paris comme chez les jeunes chefs talentueux avec une image plus jeune, plus attractive. Les grands vins de Bordeaux sont plébiscités partout dans le monde, ils ne doivent pas disparaître des cartes de vin françaises».

C’est par ses mots que le Jean Moueix de Pétrus, mais aussi directeur général de Videlot, met en avant la troisième édition de Carte sur Table qui touche un éventail représentatif des restaurants parisiens qui ont à leur carte durant tout le mois de Décembre les crus les plus prestigieux de Bordeaux proposés entre 75 et 130 euros.

 

Ainsi

le 39V,

le Chiberta,

le Voltaire,

le Restaurant Pierre Gagnaire,

Jean-François Piège,

le Bistrot de Paris,

le Restaurant Il Carpaccio au Royal Monceau,

le Restaurant Shang Palace au Shangri-La Hotel,

le Trianon Palace,

Allard,

Benoit,

Epicure au Bristol,

Il Vino,

L’Arôme,

le Café Français,

le Griffonnier,

le Mini Palais,

Le Sergent Recruteur,

le Quinzième de Cyril Lignac

vont réaliser des accords mets/vins qui décoiffent.

 

 

P1020970

 

Parmi les crus qui sont sur le devant de la Seine,

on note

Château Haut-Bailly 2002,

Château Giscours 2004,

Château Cos d’Estournel 2004,

Château Lynch-Bages 2000,

Château Mouton Rothschild – Aile d’Argent 2010.

 

 

On retrouve

Château Lafite Rothschild en 2001 (à 520€),

Château Grand Puy-Lacoste 2001,

Château Pichon Baron 2003,

Calon Ségur 2005,

La Conseillante 2008,

Figeac 2006,

Mission Haut-Brion 1999,

 

et pour la première fois,

Château Haut-Brion 1998 à 450€,

et le Château d’Yquem 1995 à 220€.

 

Ce ne sont là que tanins nobles, et millésimes déjà prêt à boire,

vous pouvez alors dire à votre compagne ou compagnon

 

« mets tannin dans ma main » !

 

logo

Carte sur Table

 

Posté par Denis Hervier à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



  1  2  3  4  5    Fin »